Nos propositions

Le député représentant les français de l’étranger, va siéger à l’Assemblée Nationale, et voter des nombreuses lois, de politique intérieure ( beaucoup plus nombreuses)  ou extérieure ( qui toucheront spécifiquement les français de l’étranger). Les députés sont investis d’un mandat national. Bien que chacun d’eux soit l’élu d’une seule circonscription, il représente la nation tout entière. Cette liste te  propositions est non-exhaustive,  les sujets qui touchent à la politique, et la rapidité avec laquelle ils évoluent demandant une ré-actualisation constante.

Pour le moment encore en chantier, cette rubrique va s’étoffer à partir de janvier

Les propositions du représentant des français de l’étranger

Proposition 1 : la démocratie participative (voir ce lien)

– De cette proposition, découleront les autre propositions, et elle représente la forme de notre action. Elle sera mise en place dès notre élection, et participera à la maturité de l’évolution de nos institutions à l’étranger. C’est notre priorité numéro une, car elle est garante de la légitimité de notre action. Son financement se fera avec l’indemnité du député, jusqu’à ce que sa mise en place soit effective et rodée.

Les agents consulaires font généralement de leur mieux, pour la gestion de nos institutions, quelles  qu’elles soient. Éviter qu’un nouveau cas comme celui de  » l’école Colette » au Viet Nam ne se reproduise. L’école a été délocalisée dans une zone industrielle, au milieu d’incinérateurs, malgré les protestations des parents d’élèves et de la communauté.  Il faut recenser les projets à risque. Nous reprendrons à la fois l’idée de démocratie participative, et de comités citoyens pour protéger, informer, et agir au sein des pays que compte la 11e circonscription. Il existe déjà pour les écoles des représentants des parents d’élèves, professeurs, et élèves aux conseils d’établissement. Une officialisation, et une autorisation de « déclenchement de votation » pour chacun des acteurs permettra à tous les français concernés ( par pays ou sur toute la circonscription suivant les cas) d’éviter que ce genre de problème ne se répètent en alertant la communauté avant qu’une mauvaise décision ne soit prise. 

Proposition 2 : l’éducation à l’étranger, de la gratuité

Sujet hautement électoral qui sert à courtiser l’électeur.Dans les faits la gratuité promise par le chef du gouvernement a été faite à moitié ( seul le secondaire concerné au final).

Mais le problème n’est pas là.

L’école est un service public auquel doivent avoir accès les français et même les étrangers qui le souhaitent, comme c’est le cas dans de nombreuses écoles à l’étranger. Les service publics tels que l’école peuvent être gratuits car ils sont au départ  financés par l’impôt. Un français qui ne paye pas d’impôt doit donc acquitter des frais de scolarité si sa situation le lui permet. Le coût de l’éducation sera adapté en fonction de ses revenus à l’étranger, et priorité est bien sur donnée aux élèves français. Cela constitue un impôt qui sera utilisé pour le financement des service publics du pays  dans lequel on réside.

Comme c’est le cas au Laos, les écoles sont indépendantes par leur gestion, et la plupart des fils de ministres Laos y sont inscrits. Ceci constituent un levier important pour pouvoir obtenir des autorisations, et constitue un gage de qualité de l’enseignement.  Les écoles françaises doivent rester ouvertes à ceux qui veulent y inscrire leurs enfants, quelle que soit leur nationalité. Une harmonisation du système scolaire doit être envisagée : jusqu’ici chaque école dans chaque pays a un système de gestion différent, ce qui empêche les attachés consulaires d’avoir une action efficace et coordonnée.

   Proposition 3 : Le business à l’étranger : l’action de l’état français pour les pays en développement

Feu François Xavier Verschave l’a décrit dans son livre  » Françafrique », l’affaire Karachi l’a dévoilé au grand jour, le commerce triangulaire a existé , et existe sans doute toujours. nous nous ferons un devoir de suivre chaque euro d’aide au développement dépensé par l’état français dans notre circonscription. Notre statut de député nous donnera ce droit. La corruption existe, les entreprises privées peuvent en user et en abuser selon les pays, mais pas l’état français. Lors d’une catastrophe naturelle, l’aide  alimentaire doit arriver aux personnes qui en ont besoin. Si ce n’est pas le cas, cette aide rentrera par un autre chemin. Les exemple sont nombreux des détournements qui auraient pu être évités par un suivi et une médiatisation plus entretenue.

La France est le pays des droits de l’homme. Jolie formule pour la vitrine, qui est peu suivie d’actions. Au nom du commerce on passe outre à l’étranger beaucoup de lois que nous respecterions dans notre pays.  De par notre  présence à l’étranger, nous sommes l’image de la France, en tant que travailleur, et nous participons à l’évolution des mœurs dans certains pays dits  » fermés ».  Il ne faut absolument pas se couper d’opportunités surtout en période de crise, mais : dans les cas où le gouvernement français participe à l’obtention de contrats pour des entreprises françaises privées, une contrepartie en terme d’éthique et de respect des droits de l’homme doit être imposée.

En tant que français de l’étranger, nous ne pouvons pas changer le monde, et nous mêler de la politique des pays où nous habitons, mais  rajouter obligatoirement une partie formation, intégration dans les grands projets, pour que certaines parties de l’Asie ne deviennent pas comme l’Afrique, et que l’image de la France s’en trouve améliorée sera décisif pour les contrat à venir. En Asie comme en Afrique, la lune de miel avec la Chine de termine, les peuples se libèrent petit à petit. Notre capital sympathie, notre respect de la vie humaine et surtout notre savoir-faire redeviennent à la mode, à nous de respecter les populations locales, parce que c’est justement là que nous  vivons,  nous les expatriés.

– point vécu : quand on veut s’implanter à l’étranger, tous les services, les contacts d’autres entreprises sont payant (cf UBIFRANCE) . Les chambres de commerces doivent aider leur compatriotes sans contrepartie, au moins sur les information basiques qui ne nécécitent pas d’étude de marché (les entreprises françaises présentes sur place, le mode d’emploi pour une création d’entrerpise, etc) .

Proposition 4 : Iran, éviter la guerre à tout prix

– Ce n’est un secret pour personne, les Etats-Unis lorgnent sur les richesses de ce pays comme ils lorgnaient sur l’Irak. Sans wikileaks, nous aurions déjà eu droit à une intox du style  » armes de destruction massive » pour pouvoir intervenir. J’ai eu la chance d’y travailler, et de côtoyer de nombreux Iraniens et de visiter le pays. En discutant avec les clients, le retour qu’on nous donne est que le commerce passe maintenant par les chinois, et un pays d’une telle richesse culturelle se trouve diabolisé par ses politiques. J’ai été frappé par la gentillesse l’hospitalité des gens. Mettre l’Iran au centre des débats, pour montrer que la vision du pouvoir n’est pas la vision du peuple.

renouer le contact avec l’Iran, développer des relations commerciales solides. Les allemands, les Suisses ne respectent pas l’embargo. Les société françaises, par alignement avec la politique americaine, on perdu de nombreux marchés. La moitié des voitures que l’on trouve en Iran sont des 405 Peugeot, on trouve aussi des R5. Le pays possède des ressources touristiques, en gaz, en culture considérables. La constitution de l’Union Économique européenne a permis de vivre une période de paix durable dans nos régions. Une ouverture progressive du pays, sans pour autant entamer la souveraineté, et un contrôle par la communauté internationale des prochaines élections permettra de maintenir la paix en Iran. En temps que député nous n’aurons que peu de pouvoir, mais nous aurons au moins le pouvoir d’informer, et de nous rendre sur place. Avec opiniâtreté, sans acharnement.

Proposition 5 : un système de médecins et d’hôpitaux agréés à l’étranger

Que ça soit pour les retraités de Pataya, qui ont besoin de certificat de vie, pour les expatriés travaillant à l’étranger, qui devraient se faire opérer, ou les touristes qui auraient un problème de santé pendant leur voyage, il n’existe pas de réseau homologué par l’état français à l’étranger. Quand on se fait soigner loin de chez soi, on éprouve ensuite beaucoup de peine pour se faire rembourser. Certaines ambassades ont des médecins, mais les réductions budgétaire ont souvent fait disparaitre ces postes. Les listes mises à dispositions sont souvent obsolètes.

Pour chaque pays, nous mettrons en place une liste de médecins et hôpitaux agréés par le ministère de la santé dont la qualité des soins sera conforme à nos standards français . Cela permettra d’avoir un contrôle sur les dépenses de santé, avoir des relais pour définir les soins inopinés ou non, en fonction aussi du temps de séjour des personnes ( soin inopiné ou non dépendant du statut du malade)  En cas d’urgence, on ira toujours à l’hôpital le plus près bien sur, mais dans ce genre de situation la vie prime sur le reste. Chaque médecin ou hôpital s’engagera à pratiquer une tarification plafonnée en fonction du pays, en échange de la clientèle que ce réseau lui apportera, et chaque client, avant d’être remboursé devra répondre à une enquête de satisfaction sur la qualité du service reçu. Nous aurons donc une mise à jour constante de la qualité des soins de ce réseau.

Les propositions du représentant des français

Qu’il soit de droite ou de gauche un députe se doit de contrôler l’action du gouvernement et d’évaluer les politiques publiques.  Notre indépendance vis-à-vis des partis nous permettra pleinement de remplir ces 2 rôles quelle que soit la majorité présidentielle
Notre avantage ? Parce que nous sommes indépendants, vous avez la garantie que nous ne
nous comporterons pas en députes godillots à voter des lois dans le sens dicté par un parti.

Propositions 1 : l’éducation/ l’école pour tous.

Pas de discrimination par l’argent : le port de l’uniforme jusqu’au collège pour gommer les inégalités.

–  Charger le CSA de mettre en place un quota de culture, de citoyenneté sur la tranche horaire 17h-19h à la télévision ( cours de dessin, « il était une fois la vie, » pas de violence, et surtout des émissions qui couvrent le programme jusqu’au collège, qui pourra servir de support aux enseignants tout au long de l’année ( possibilité de visionner sur internet si t’es pas chez toi à ce moment là). Même le Napoléon de Cristian Clavier peut rentrer dans ces catégories. Lagaffe (ou Castaldi, ça varie des fois) déconstruit en 2 h ce que l’école a construit pendant la journée. Il faut éduquer le baby-sitter.


Propositions 2 :Santé

– Nous ne sommes pas spécialistes de ce domaine, mais d’autres le sont: nous militerons pour le « Manifeste pour une santé égalitaire et solidaire » (Odile Jacob), co-écrit par Olivier Lyon-Caen, professeur de neurologie (Pitié-Salpêtrière), André Grimaldi, professeur de diabétologie (Pitié-Salpêtrière), Didier Tabuteau, responsable de la chaire santé à Sciences Po, François Bourdillon, médecin de santé publique et Frédéric Pierru, sociologue chercheur au CNRS.  Dès les premiers mois de notre élection, nous hiérarchiserons avec leurs auteurs leur propositions, dans le temps.

Contre les lobbys des labos. Aujourd’hui on baisse les taux de remboursements de médicaments ce qui une fois de plus impacte les plus modestes qui n’ont pas de complémentaire. Il faut au contraire maintenir un taux de remboursement des médicaments efficaces élevés mais revoir entièrement leurs mode de distribution (cf HK et Singapour et la plupart des pays anglo-saxons) ; arrêtons de se faire dicter la loi par les labos qui obligent à vendre le médicament  par boite de 12 alors que pour traiter un rhume ou une grippe nous n’en avons besoin que de 8 ! Il faut distribuer les médicament à l’unité.Tout autre reforme sera veine et de toute façon dictée et approuvée par les labos.

– Contre le lobby des marchands de cigarettes. On ne peut et ne doit empêcher les gens de fumer, mais on peut  interdire  l’ajout de produit toxiques et addictifs dans la cigarette.  Moins d’addiction, moins de consommation, et moins de dommages pour la santé.

Proposition 3:   de la crise économique

Sujet vaste. Nous sommes endettés, pour avoir laissé diminué les recettes de nos états européens, sur l’autel de la privatisation et du profit immédiat.Keynes doit de nouveau prendre le pas sur Friedman, encore et encore. Un état fort contre un marché dé-régulé. Nous avons la chance de ne pas avoir encore de représentant de Goldman and Sachs  comme chef de gouvernement, ça ne saurait tarder. Il nous appartient donc, contrairement aux régimes d’austérité et autres ventes de nos meubles de famille, de récupérer dans un premier temps notre bien. Redonner force à l’État français et à l’Europe.

L’Europe pourra jouer ce rôle de service public ( électricité, transport ferroviaire,  jeux en ligne, Etc) quand sa structure le permettra.

– Le retour de la valeur travail : toute proposition de taxation à même hauteur les revenus du capital et les revenus du travail revêt un certain sens, à partir du moment où l’on prend en compte un seuil inférieur ( pour les petites retraites par exemple) en fonction de la somme de ces deux revenus.

– les dernières autoroute ont été vendus sous De Villepin. Aléatoirement pour éviter la panique boursière ( ou la déclencher) , nous devons nationaliser  les autoroutes pour permettre une régulation des tarifs, la mise en place de la préférence européenne ( voir proposition 4). L’Etat français a démontré qu’il était capable de gérer des groupes de grande envergure, la seule différence sera que les bénéfices produits pas les personnes utilisant les autoroutes de notre pays iront dans les caisses de l’état français

Européanisation des jeux de hasard : au lieu de confier les jeux de hasard en ligne ou non à des sociétés privées basées dans des paradis fiscaux, dont les revenus vont eux aussi dans des paradis fiscaux, revenons à notre ancien système. Avec l’ouverture à la concurrence du marché des jeux d’argent en ligne, nous devons maintenant, au niveau  européen,nationaliser les jeux de hasard.

La fin des gangs : les organisations qui vivent du trafic de drogues au Mexique se sont armées garce aux profits de leurs ventes. Le système est partout le même,  dans le cas de commerce illicites, c’est le manque de contrôle de l’état sur ces commerces qui fait que celui-ci prospère. Ces niches de marché doivent être contrôlées car on ne peut les rendre inexistantes. Qu’il s’agisse de drogues ou de prostitution, les solutions existe, la priorité étant de ne pas alimenter les gangs, mais plutôt les caisses de l’état.

Proposition 4 : La préférence européenne : de la souveraineté fiscale

En étant citoyen européen, nous participons à un effort global de développement auquel des pays comme la Suisse ne participe pas. Il est donc normal, maintenant que la crise de l’Euro nous a fait comprendre à quel point nous sommes interconnecté, de nous serrer les coudes, et de nous protéger, ensemble. Voici quelques exemples de ce que la préférence économique européenne peut apporter.

En Malaisie, l’achat de  toute voiture autre que la marque nationale Proton est lourdement taxé, la  qualité des véhicules obligeant les malaisiens à payer plus cher leur voiture, mais à participer à l’effort national s’ils achète des voitures construites hors de leur frontières.En France, et surtout en Europe, nous avons une gamme suffisamment large.

Dans beaucoup de pays, l’entrée dans un  musée ou monument historique va du simple au triple ( quand elle n’est pas multipliée par 10 au Taj Mahal) selon qu’on soit étranger ou non. Cet exemple démontre une volonté de ces pays  à promouvoir la culture pour leur habitants, et de proposer aux touristes étrangers, souvent plus fortunés et n’ayant pas participé par l’impôt à la conservation d’un musée ou d’un monument, de participer de manière significative à celle-ci. Les tarifs peuvent donc être adaptés de la même manière en Europe, les touristes que nous recevons à Paris étant eux aussi invités à participer à l’accès à la culture du peuple français.

Proposition 5 : de l’intégration, de la religion.

Dieu est mort ! Dieu reste mort ! Et c’est nous qui l’avons tué ! Comment nous consoler, nous les meurtriers des meurtriers ? Ce que le monde a possédé jusqu’à présent de plus sacré et de plus puissant a perdu son sang sous notre couteau. — Qui nous lavera de ce sang ? Avec quelle eau pourrions-nous nous purifier ? Quelles expiations, quels jeux sacrés serons-nous forcés d’inventer ? La grandeur de cet acte n’est-elle pas trop grande pour nous ? Ne sommes-nous pas forcés de devenir nous-mêmes des dieux simplement — ne fût-ce que pour paraître dignes d’eux ? »
Le Gai Savoir, Livre troisième, 125.

– Quels que soient les chiffres de catholiques, de musulmans pratiquants, la religion majoritaire est l’athéisme, et ceux qui vivent la religion qu’on leur a donné à leur naissance comme une éducation, une philosophie, mais croient dans les valeurs de la république. Rendons grâce aux grands hommes pour leur vie, et leurs enseignements.Notre pensée et nos rites se construisent chaque jour, mais quelles que soient les sources de tensions entre les civilisations, nous sommes pour la plupart capable de faire la part des choses entre le fanatisme, les manipulations à des fins belliqueuses, et l’expression d’un philosophie qui, quel-qu’en soient le prophète nous dicte de respecter son prochain, par ses actes, ses pensées et ses mots.

Nous avons un déficit d’intégration, mais pas seulement au niveau de notre immigration, mais aussi auprès de notre jeunesse. L’histoire de notre pays, ses valeurs, ne passent plus, l’argent ayant balayé toute valorisation de la personne autre que par la taille du compte en banque. Nous avons du mal à trouver une philosophie qui accompagne le passage du monde des religieux au monde des marchands. Pourtant cette philosophie existe, et elle nous est apportée par notre savoir, notre histoire, nos religions.

Les lois de la république doivent s’appliquer à tous, indépendamment de la religion. La « religion » de la France est la république avec sa constitution. La transmission de ces valeurs  doit être améliorée par les moyens suivants:

Le service civil obligatoire: mesure couteuse si on ne tient pas compte des coûts cachés qu’un tel dispositif permet de diminuer. Le coût social, le coût de formation par exemple.L’armée permettait de transmettre les valeurs de la république , et d’amener à se connaitre pendant une dure déterminée des personnes de toutes les couches sociales, de toutes origines. Le service civil se fera donc, mais sans maniement d’arme, avec des cours d’instruction civique, une aide à la sécurité du pays, et aux personnes en cas d’urgence. Dicipline, respect, entraide… Nombreuses sont les valeurs qui peuvent rentrer dans ce cadre, du scoutisme aux pompiers volontaires, le service des hommes est large, et permet de se sentir utile. Possibilité comme en Suisse d’un service échelonné sur plusieurs années.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s